La VOIX des femmes en Mauricie!

La voix des femmes en Mauricie


Depuis 1982, la Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie (TCMFM) œuvre pour l'amélioration de la condition de vie des femmes. L'organisme est constitué de divers groupes, de comités et de membres individuelles provenant de différents milieux tels que la santé et les services sociaux, le développement local et régional et la défense des droits collectifs. De par sa présence à siéger dans de nombreux lieux de concertation, auprès de regroupements régionaux ou nationaux, d'instances représentatives du milieu ou encore en participant activement au développement local et régional, la TCMFM apporte la voix des femmes et favorise la force d'action par l'échange et la concertation sur les dossiers d'actualité.


« Féministe tant qu’il le faudra ! »

Journée internationale des femmes 2018 Trois-Rivières, le 23 février 2018 – Les multiples violences contre les femmes et notamment les femmes autochtones, les violences sexuelles révélées par #moiaussi, l’impact sexiste du néolibéralisme et des mesures d’austérité dont les coupes dans les services publics, l’absence d’équité salariale pour de nombreuses femmes, la privatisation des services de garde éducatifs, la discrimination systémique en emploi qui persiste pour toutes les femmes et en particulier pour les femmes racisées ou en situation de handicap, le mythe de l’égalité déjà-atteinte : les barrières dressées devant les femmes se perpétuent. Le mouvement féministe continue de lutter pour que disparaissent toutes ces barrières qui les freinent.

 

Pour voir le communiqué, cliquez ici

 

 

Pour le calendrier des activités du 8 mars, cliquez ici 

 

 

Facebook Twitter Youtube

  • « Travailler dans le communautaire, c’est souvent un état d’urgence continuel, c’est avoir l’impression d’être le dernier recours pour beaucoup de personnes abandonnées par la société », peut-on lire dans une déclaration publique signée par une cinquantaine d’organismes autonomes qui s’adressent au gouvernement du Québec.

    « Travailler dans le communautaire, c’est souvent un état d’urgence continuel, c’est avoir l’impression d’être le dernier recours pour beaucoup de personnes abandonnées par la société », peut-on lire dans une déclaration publique signée par une cinquantaine d’organismes autonomes qui s’adressent au gouvernement du Québec.

  • Un café rencontre au Calacs Entraid'Action de Shawinigan

    Un café rencontre au Calacs Entraid'Action de Shawinigan

  • Cours d'autodéfense au CALACS de Trois-Rivières

    Cours d'autodéfense au CALACS de Trois-Rivières