La VOIX des femmes en Mauricie!

La voix des femmes en Mauricie


Depuis 1982, la Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie (TCMFM) œuvre pour l'amélioration de la condition de vie des femmes. L'organisme est constitué de divers groupes, de comités et de membres individuelles provenant de différents milieux tels que la santé et les services sociaux, le développement local et régional et la défense des droits collectifs. De par sa présence à siéger dans de nombreux lieux de concertation, auprès de regroupements régionaux ou nationaux, d'instances représentatives du milieu ou encore en participant activement au développement local et régional, la TCMFM apporte la voix des femmes et favorise la force d'action par l'échange et la concertation sur les dossiers d'actualité.


« Féministe tant qu’il le faudra ! »

Journée internationale des femmes 2018 Trois-Rivières, le 23 février 2018 – Les multiples violences contre les femmes et notamment les femmes autochtones, les violences sexuelles révélées par #moiaussi, l’impact sexiste du néolibéralisme et des mesures d’austérité dont les coupes dans les services publics, l’absence d’équité salariale pour de nombreuses femmes, la privatisation des services de garde éducatifs, la discrimination systémique en emploi qui persiste pour toutes les femmes et en particulier pour les femmes racisées ou en situation de handicap, le mythe de l’égalité déjà-atteinte : les barrières dressées devant les femmes se perpétuent. Le mouvement féministe continue de lutter pour que disparaissent toutes ces barrières qui les freinent.

 

Pour voir le communiqué, cliquez ici

 

 

Pour le calendrier des activités du 8 mars, cliquez ici 

 

 

Facebook Twitter Youtube

  • La Table y sera !! Communiqué aux organismes en défense collective des droits du Québec Montréal, le 26 avril 2018 Plusieurs centaines de personnes se rassembleront ce midi à Québec pour revendiquer un meilleur financement pour les groupes communautaires en défense collective des droits. Les organismes de défense collective des droits travaillent d'arrache-pied avec les citoyennes et les citoyens afin de défendre collectivement leurs droits et d'améliorer leurs conditions de vie, malgré un sous-financement chronique. Le Regroupement des organismes en défense collective des droits (RODCD) appuie cette manifestation appelée par le Mouvement d’éducation populaire et d’action communautaire du Québec (MÉPACQ). Voici le message qui sera livré aux personnes présentes à ce rassemblement. « Le RODCD est heureux et fier d’associer sa voix à la vôtre pour réclamer haut et fort un meilleur financement pour l’ensemble des organismes communautaires qui œuvrent quotidiennement à défendre les droits politiques, sociaux, économiques, culturels et environnementaux des citoyennes et des citoyens du Québec. Ce que nous réalisons ensemble, à tous les jours, dans nos communautés est vital, à la fois pour préserver le caractère démocratique de la société dans laquelle nous vivons mais aussi pour améliorer nos conditions de vie et celles de tous nos concitoyennes et concitoyens. En luttant pour faire respecter les droits des personnes et des communautés, en dénonçant les abus, les injustices, les inégalités, la mauvaise utilisation de nos ressources collectives, les mauvais choix des dirigeants politiques et en organisant des prises de parole collectives et en passant à l’action pour faire changer ces injustices, nous agissons concrètement pour bâtir ensemble une meilleure société, plus juste, plus équitable, plus tolérante, plus démocratique. Nos actions et nos activités, tant individuelles que collectives, contribuent à transformer la société. Nous tenons à rappeler au gouvernement du Québec qu’il a reconnu que les groupes de défense collective des droits, sont très importants dans la société pour défendre les droits existants et en faire reconnaître de nouveaux. En plus, qu’ils sont des acteurs essentiels à la société car ils contribuent à développer la participation politique d’une frange importante de la population qui est habituellement exclue du débat public. Pour ce faire, il se doit de financer adéquatement les groupes de DCD et de protéger leur capacité d’agir collectivement. Nous n’avons toujours aucune idée de comment sera réparti le 2,2M$ qui nous est destiné dans le budget 2018-2019 et soulignons que pour pouvoir remplir leur mission, les groupes de DCD ont besoin de 40M$. Nous sommes vraiment déçus que le reste des sommes que l’on nous a promis dans le Plan d’action gouvernemental pour l’inclusion économique et la participation sociale, soit 10,4M$ supplémentaire par an, ne soit pas dans le budget actuel, ce qui le rend conditionnel au résultat des élections d’octobre prochain. Et nous sommes particulièrement inquiets de l’orientation gouvernementale voulant financer prioritairement la défense individuelle des droits, car notre mission est collective. Nous souhaitons ardemment entamer des discussions sur ce sujet avec le Ministère. Le rassemblement d’aujourd’hui visent à rappeler au Gouvernement du Québec que les groupes de défense collective des droits, tout comme la grande majorité des organismes d’action communautaire autonome, font partie, depuis trop longtemps, des enfants pauvres, des laissés pour compte, du développement économique et social du Québec. Nous réclamons que la défense des droits fasse partie des priorités sociales du Québec de l’avenir ! La prochaine campagne électorale sera l’occasion pour faire entendre les préoccupations et les revendications des citoyennes et des citoyens que nous côtoyons et rassemblons. Profitons-en pour démontrer toute la solidarité, toute la capacité d’éducation populaire, de sensibilisation et de mobilisation dont nous sommes capables. »

    La Table y sera !! Communiqué aux organismes en défense collective des droits du Québec Montréal, le 26 avril 2018 Plusieurs centaines de personnes se rassembleront ce midi à Québec pour revendiquer un meilleur financement pour les groupes communautaires en défense collective des droits. Les organismes de défense collective des droits travaillent d'arrache-pied avec les citoyennes et les citoyens afin de défendre collectivement leurs droits et d'améliorer leurs conditions de vie, malgré un sous-financement chronique. Le Regroupement des organismes en défense collective des droits (RODCD) appuie cette manifestation appelée par le Mouvement d’éducation populaire et d’action communautaire du Québec (MÉPACQ). Voici le message qui sera livré aux personnes présentes à ce rassemblement. « Le RODCD est heureux et fier d’associer sa voix à la vôtre pour réclamer haut et fort un meilleur financement pour l’ensemble des organismes communautaires qui œuvrent quotidiennement à défendre les droits politiques, sociaux, économiques, culturels et environnementaux des citoyennes et des citoyens du Québec. Ce que nous réalisons ensemble, à tous les jours, dans nos communautés est vital, à la fois pour préserver le caractère démocratique de la société dans laquelle nous vivons mais aussi pour améliorer nos conditions de vie et celles de tous nos concitoyennes et concitoyens. En luttant pour faire respecter les droits des personnes et des communautés, en dénonçant les abus, les injustices, les inégalités, la mauvaise utilisation de nos ressources collectives, les mauvais choix des dirigeants politiques et en organisant des prises de parole collectives et en passant à l’action pour faire changer ces injustices, nous agissons concrètement pour bâtir ensemble une meilleure société, plus juste, plus équitable, plus tolérante, plus démocratique. Nos actions et nos activités, tant individuelles que collectives, contribuent à transformer la société. Nous tenons à rappeler au gouvernement du Québec qu’il a reconnu que les groupes de défense collective des droits, sont très importants dans la société pour défendre les droits existants et en faire reconnaître de nouveaux. En plus, qu’ils sont des acteurs essentiels à la société car ils contribuent à développer la participation politique d’une frange importante de la population qui est habituellement exclue du débat public. Pour ce faire, il se doit de financer adéquatement les groupes de DCD et de protéger leur capacité d’agir collectivement. Nous n’avons toujours aucune idée de comment sera réparti le 2,2M$ qui nous est destiné dans le budget 2018-2019 et soulignons que pour pouvoir remplir leur mission, les groupes de DCD ont besoin de 40M$. Nous sommes vraiment déçus que le reste des sommes que l’on nous a promis dans le Plan d’action gouvernemental pour l’inclusion économique et la participation sociale, soit 10,4M$ supplémentaire par an, ne soit pas dans le budget actuel, ce qui le rend conditionnel au résultat des élections d’octobre prochain. Et nous sommes particulièrement inquiets de l’orientation gouvernementale voulant financer prioritairement la défense individuelle des droits, car notre mission est collective. Nous souhaitons ardemment entamer des discussions sur ce sujet avec le Ministère. Le rassemblement d’aujourd’hui visent à rappeler au Gouvernement du Québec que les groupes de défense collective des droits, tout comme la grande majorité des organismes d’action communautaire autonome, font partie, depuis trop longtemps, des enfants pauvres, des laissés pour compte, du développement économique et social du Québec. Nous réclamons que la défense des droits fasse partie des priorités sociales du Québec de l’avenir ! La prochaine campagne électorale sera l’occasion pour faire entendre les préoccupations et les revendications des citoyennes et des citoyens que nous côtoyons et rassemblons. Profitons-en pour démontrer toute la solidarité, toute la capacité d’éducation populaire, de sensibilisation et de mobilisation dont nous sommes capables. »

  • Un site et des ressources à découvrir. Trop souvent les enfants subissent les contre-coup des parents qui se séparent...

    Un site et des ressources à découvrir. Trop souvent les enfants subissent les contre-coup des parents qui se séparent...

  • Le saviez-vous? Une demande des femmes autochtones, entre autres.

    Le saviez-vous? Une demande des femmes autochtones, entre autres.