La VOIX des femmes en Mauricie!

La voix des femmes en Mauricie


Depuis 1982, la Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie (TCMFM) œuvre pour l'amélioration de la condition de vie des femmes. L'organisme est constitué de divers groupes, de comités et de membres individuelles provenant de différents milieux tels que la santé et les services sociaux, le développement local et régional et la défense des droits collectifs. De par sa présence à siéger dans de nombreux lieux de concertation, auprès de regroupements régionaux ou nationaux, d'instances représentatives du milieu ou encore en participant activement au développement local et régional, la TCMFM apporte la voix des femmes et favorise la force d'action par l'échange et la concertation sur les dossiers d'actualité.


« Féministe tant qu’il le faudra ! »

Journée internationale des femmes 2018 Trois-Rivières, le 23 février 2018 – Les multiples violences contre les femmes et notamment les femmes autochtones, les violences sexuelles révélées par #moiaussi, l’impact sexiste du néolibéralisme et des mesures d’austérité dont les coupes dans les services publics, l’absence d’équité salariale pour de nombreuses femmes, la privatisation des services de garde éducatifs, la discrimination systémique en emploi qui persiste pour toutes les femmes et en particulier pour les femmes racisées ou en situation de handicap, le mythe de l’égalité déjà-atteinte : les barrières dressées devant les femmes se perpétuent. Le mouvement féministe continue de lutter pour que disparaissent toutes ces barrières qui les freinent.

 

Pour voir le communiqué, cliquez ici

 

 

 

 

 

Facebook Twitter Youtube

  • Après deux ans et demi de pressions et d’attente, nous pouvons enfin nous réjouir face au dépôt d’un projet de loi fédéral sur les armes à feu, qui serait conforme avec les promesses électorales des Libéraux. Or, bien que leur plateforme électorale contienne des mesures positives, la législation est timide dans son ensemble et n’atteint pas son plein potentiel. Pour agir: http://polysesouvient.ca/appui-controle-des-armes/recommandations-etude-c71/

    Après deux ans et demi de pressions et d’attente, nous pouvons enfin nous réjouir face au dépôt d’un projet de loi fédéral sur les armes à feu, qui serait conforme avec les promesses électorales des Libéraux. Or, bien que leur plateforme électorale contienne des mesures positives, la législation est timide dans son ensemble et n’atteint pas son plein potentiel. Pour agir: http://polysesouvient.ca/appui-controle-des-armes/recommandations-etude-c71/

  • Une grande marche de 500 km pour le droit au logement passera par Trois-Rivières Le Comité logement Trois-Rivières lance la mobilisation à Trois-Rivières en vue d’une marche de 500 km qui traversera Trois-Rivières les 22 et 23 septembre. Cet événement d’envergure est organisé par le FRAPRU, dont le groupe est membre. Sous la bannière « De villes en villages pour le droit au logement », des marcheurs et marcheuses partiront d’Ottawa le 2 septembre 2018 et arriveront à Québec le 29 septembre. « Le revenu médian annuel des ménages locataires de Trois-Rivières, de 31 199 $, est le plus bas de toutes les RMR et 5000 $ en dessous de la moyenne québécoise » précise la coordonnatrice du Comité logement Trois-Rivières, Diane Vermette. « Pour que les logements soient réellement abordables pour les ménages locataires les plus pauvres, il faut qu’ils soient en dehors du marché spéculatif et donc sans but lucratif » affirme madame Vermette. Avec le FRAPRU, le Comité logement Trois-Rivièresveut interpeler les deux paliers de gouvernement sur les graves dénis du droit au logement qui perdurent, et sur l’insuffisance des investissements dans le domaine du logement social, malgré le contexte budgétaire favorable. Selon les données du recensement de 2016, 3 510 ménages locataires de la Région métropolitaine (RMR) de Trois-Rivières consacrent plus de la moitié de leur revenu pour se loger, au détriment de leurs autres besoins essentiels. « Malgré les besoins urgents, les fonds en provenance de Québec et d’Ottawa ne permettent de financer que 3000 nouveaux logements sociaux par année » soulignela porte-parole du FRAPRU, Véronique Laflamme. « Non seulement ce nombre est insuffisant, mais la lenteur du gouvernement à réagir aux difficultés rencontrées dans leur réalisation fait en sorte que 693 unités ont réellement été livrées pour tout le Québec l’an dernier » s’inquiète-t-elle. La journée du 23 septembre se fera d’ailleurs sous le thème de la lutte à la pauvreté et débutera par un grand rassemblement au Parc Champlain. « La lutte à la pauvreté ne peut se faire sans une réelle volonté politique et nécessite un plan avec une diversité d’actions, augmenter le nombre de logements sociaux est une mesure essentielle, mais s’assurer que tous et toutes aient un revenu décent est également incontournable »souligne Loraine Dugas du Conseil central Cœur du Québec-CSN. Les groupes de la Mauricie, le FRAPRU et des organisations nationales comme le Collectif pour un Québec sans pauvreté et le Front commun des personnes assistées sociales revendiqueront à cette occasion l’augmentation du salaire minimum à 15 $ de l’heure. La marche mettra également en lumière les besoins des personnes aînées puisque Trois-Rivières est une des deux RMR où le pourcentage des personnes âgées de plus de 65 ans parmi les ménages locataires est le plus élevé et 65% de ces ménages consacrent plus de la norme de 30% de leur revenu pour se loger.L’AQDR de Trois-Rivières appuie l’événement et y participera. « Les aînés qui souhaitent vieillir dans leur communauté doivent composer avec des logements dont le coût augmente constamment et qui ne sont pas adaptés » explique Mariette Gélinas, présidente du groupe. De villes en villages pour le droit au logement a recueilli l’appui de 50 groupes dans la région dont, l’AQDR section Trois-Rivières, la CDC de Trois-Rivières, COMSEP, la Conseil régional Cœur-du-Québec-CSN, la Démarche des premiers quartiers de Trois-Rivières, le ROÉPAM, la TCMFM ainsi que plusieurs autres. La grande marche reçoit aussi déjà l’aval de plus de 400 organisations à travers la province dont une quarantaine de regroupements nationaux. « Ce mouvement de solidarité démontre l’importance du respect des droits fondamentaux pour les mouvements sociaux et l’urgence que les gouvernements s’en préoccupent plus sérieusement», conclut Diane Vermette. La population est invitée à se joindre aux événements entourant le passage de la marche en Mauricie, et aux autres tronçons qui feront escale dans 28 villes et villages. Pour s’inscrire, il faut contacter le Comité logement Trois-Rivières. Plus de détails sont disponibles en ligne : www.frapru.qc.ca/grandemarche

    Une grande marche de 500 km pour le droit au logement passera par Trois-Rivières Le Comité logement Trois-Rivières lance la mobilisation à Trois-Rivières en vue d’une marche de 500 km qui traversera Trois-Rivières les 22 et 23 septembre. Cet événement d’envergure est organisé par le FRAPRU, dont le groupe est membre. Sous la bannière « De villes en villages pour le droit au logement », des marcheurs et marcheuses partiront d’Ottawa le 2 septembre 2018 et arriveront à Québec le 29 septembre. « Le revenu médian annuel des ménages locataires de Trois-Rivières, de 31 199 $, est le plus bas de toutes les RMR et 5000 $ en dessous de la moyenne québécoise » précise la coordonnatrice du Comité logement Trois-Rivières, Diane Vermette. « Pour que les logements soient réellement abordables pour les ménages locataires les plus pauvres, il faut qu’ils soient en dehors du marché spéculatif et donc sans but lucratif » affirme madame Vermette. Avec le FRAPRU, le Comité logement Trois-Rivièresveut interpeler les deux paliers de gouvernement sur les graves dénis du droit au logement qui perdurent, et sur l’insuffisance des investissements dans le domaine du logement social, malgré le contexte budgétaire favorable. Selon les données du recensement de 2016, 3 510 ménages locataires de la Région métropolitaine (RMR) de Trois-Rivières consacrent plus de la moitié de leur revenu pour se loger, au détriment de leurs autres besoins essentiels. « Malgré les besoins urgents, les fonds en provenance de Québec et d’Ottawa ne permettent de financer que 3000 nouveaux logements sociaux par année » soulignela porte-parole du FRAPRU, Véronique Laflamme. « Non seulement ce nombre est insuffisant, mais la lenteur du gouvernement à réagir aux difficultés rencontrées dans leur réalisation fait en sorte que 693 unités ont réellement été livrées pour tout le Québec l’an dernier » s’inquiète-t-elle. La journée du 23 septembre se fera d’ailleurs sous le thème de la lutte à la pauvreté et débutera par un grand rassemblement au Parc Champlain. « La lutte à la pauvreté ne peut se faire sans une réelle volonté politique et nécessite un plan avec une diversité d’actions, augmenter le nombre de logements sociaux est une mesure essentielle, mais s’assurer que tous et toutes aient un revenu décent est également incontournable »souligne Loraine Dugas du Conseil central Cœur du Québec-CSN. Les groupes de la Mauricie, le FRAPRU et des organisations nationales comme le Collectif pour un Québec sans pauvreté et le Front commun des personnes assistées sociales revendiqueront à cette occasion l’augmentation du salaire minimum à 15 $ de l’heure. La marche mettra également en lumière les besoins des personnes aînées puisque Trois-Rivières est une des deux RMR où le pourcentage des personnes âgées de plus de 65 ans parmi les ménages locataires est le plus élevé et 65% de ces ménages consacrent plus de la norme de 30% de leur revenu pour se loger.L’AQDR de Trois-Rivières appuie l’événement et y participera. « Les aînés qui souhaitent vieillir dans leur communauté doivent composer avec des logements dont le coût augmente constamment et qui ne sont pas adaptés » explique Mariette Gélinas, présidente du groupe. De villes en villages pour le droit au logement a recueilli l’appui de 50 groupes dans la région dont, l’AQDR section Trois-Rivières, la CDC de Trois-Rivières, COMSEP, la Conseil régional Cœur-du-Québec-CSN, la Démarche des premiers quartiers de Trois-Rivières, le ROÉPAM, la TCMFM ainsi que plusieurs autres. La grande marche reçoit aussi déjà l’aval de plus de 400 organisations à travers la province dont une quarantaine de regroupements nationaux. « Ce mouvement de solidarité démontre l’importance du respect des droits fondamentaux pour les mouvements sociaux et l’urgence que les gouvernements s’en préoccupent plus sérieusement», conclut Diane Vermette. La population est invitée à se joindre aux événements entourant le passage de la marche en Mauricie, et aux autres tronçons qui feront escale dans 28 villes et villages. Pour s’inscrire, il faut contacter le Comité logement Trois-Rivières. Plus de détails sont disponibles en ligne : www.frapru.qc.ca/grandemarche

  • Offre d’emploi à la TCMFM Agente administrative et à la vie associative Fonctions et responsabilités : Selon les dossiers confiés, sous la responsabilité de la directrice de la TCMFM, l’agente administrative et à la vie associative assumera les tâches suivantes :  préparer, saisir à l'ordinateur, réviser et relire : correspondance, factures, présentations, publications, rapports et autres documents connexes;  traiter le courrier postal et électronique, et autres documents reçus, et assurer la circulation des informations à l'interne et avec les membres (bulletin courriel, site web et médias sociaux);  commander les fournitures de bureau et en tenir l'inventaire;  répondre aux demandes de renseignements reçues par téléphone et par courrier électronique et transmettre les appels téléphoniques et les messages;  assurer la comptabilité mensuelle : comptes à payer et comptes à recevoir, à être acheminés à la comptable;  soutenir la directrice dans l’organisation des rencontres avec les membres ou de tout autre événement;  rédiger les comptes rendus des rencontres de comités et soutenir la directrice dans les suivis à assurer;  effectuer d'autres tâches de bureau connexes, telles que le traitement de textes, le classement et la tenue de dossiers, entre autres du centre de documentation. Exigences et conditions de travail : - Posséder une formation ainsi qu’une expérience, pertinentes; - Être à l’aise avec la suite Office (Word, Excel, Publisher, etc.) et les médias sociaux; - Être capable de gérer plusieurs dossiers à la fois et de gérer les priorités; - Posséder de bonnes habiletés en communications orales et écrites; - Être autonome tout en ayant de bonnes aptitudes pour le travail d’équipe; - Être disponible occasionnellement à travailler le soir et les fins de semaine; - Connaître le territoire de la Mauricie et le mouvement des femmes; - Posséder une voiture et un permis de conduire valide sont un atout. - Durée du contrat : 1 an, avec possibilité de renouveler. - Horaire : 21 h/semaine. - Rémunération : de 18 à 20$/heure, selon formation et expérience. Avantages sociaux concurrentiels (régime d’assurances collectives et régime de retraite) et frais de représentation payés. - Être disponible pour une entrevue la semaine du 28 mai 2018. - Être disponible à entrer en poste le 4 ou le 11 juin 2018. Faire parvenir votre curriculum vitae au plus tard le 21 mai, minuit, à la TCMFM, par courriel : info@tcmfm.ca

    Offre d’emploi à la TCMFM Agente administrative et à la vie associative Fonctions et responsabilités : Selon les dossiers confiés, sous la responsabilité de la directrice de la TCMFM, l’agente administrative et à la vie associative assumera les tâches suivantes :  préparer, saisir à l'ordinateur, réviser et relire : correspondance, factures, présentations, publications, rapports et autres documents connexes;  traiter le courrier postal et électronique, et autres documents reçus, et assurer la circulation des informations à l'interne et avec les membres (bulletin courriel, site web et médias sociaux);  commander les fournitures de bureau et en tenir l'inventaire;  répondre aux demandes de renseignements reçues par téléphone et par courrier électronique et transmettre les appels téléphoniques et les messages;  assurer la comptabilité mensuelle : comptes à payer et comptes à recevoir, à être acheminés à la comptable;  soutenir la directrice dans l’organisation des rencontres avec les membres ou de tout autre événement;  rédiger les comptes rendus des rencontres de comités et soutenir la directrice dans les suivis à assurer;  effectuer d'autres tâches de bureau connexes, telles que le traitement de textes, le classement et la tenue de dossiers, entre autres du centre de documentation. Exigences et conditions de travail : - Posséder une formation ainsi qu’une expérience, pertinentes; - Être à l’aise avec la suite Office (Word, Excel, Publisher, etc.) et les médias sociaux; - Être capable de gérer plusieurs dossiers à la fois et de gérer les priorités; - Posséder de bonnes habiletés en communications orales et écrites; - Être autonome tout en ayant de bonnes aptitudes pour le travail d’équipe; - Être disponible occasionnellement à travailler le soir et les fins de semaine; - Connaître le territoire de la Mauricie et le mouvement des femmes; - Posséder une voiture et un permis de conduire valide sont un atout. - Durée du contrat : 1 an, avec possibilité de renouveler. - Horaire : 21 h/semaine. - Rémunération : de 18 à 20$/heure, selon formation et expérience. Avantages sociaux concurrentiels (régime d’assurances collectives et régime de retraite) et frais de représentation payés. - Être disponible pour une entrevue la semaine du 28 mai 2018. - Être disponible à entrer en poste le 4 ou le 11 juin 2018. Faire parvenir votre curriculum vitae au plus tard le 21 mai, minuit, à la TCMFM, par courriel : info@tcmfm.ca


  • Après deux ans et demi de pressions et d’attente, nous pouvons nous réjouir face au dépôt d’un projet de loi fédéra… https://t.co/9uFjUDvKX6

  • Bravo aux étudiant.e.s de 2e année en technique de travail social pour l'organisation de la Marche de sensibilisati… https://t.co/RkGPyvGe0D

  • Nous refusons que le retour de l’éducation à la sexualité soit un rendez-vous manqué! Signez la pétition https://t.co/lxqaiL8hz1 #EducSexQC