Nos actions


Vie associative et gestion interne - 2014-2015

AGA des membres et rencontres de concertation

AGA des membres                                               

Le 3 juin 2014, les membres de la Table se réunissaient à l’Auberge Escapade, à Shawinigan, afin de procéder à l’assemblée générale annuelle (AGA) des membres.

Au cours de celle-ci, en plus des points statutaires habituels, la Table invitait ses membres à se prononcer sur trois grands dossiers régionaux, en matière de condition féminine, ainsi qu’à une activité ludique afin de définir l’orientation des projets à venir.

C’est ainsi qu’elle a d’abord questionné les membres sur l’ampleur à donner à une action régionale dans le cadre de la Marche mondiale des femmes (MMF), considérant le contexte particulier de 2015, où la Table allait organiser le rassemblement provincial de la MMF. À cette question, les membres ont répondu que la Table devrait organiser une action de moins grande envergure, plus symbolique et/ou virtuelle, politique.

Puis, considérant la fermeture de l’organisme Femmes en parcours innovateur (FPI), la 2e question soulevée interpellait les membres à savoir si la Table devait se réapproprier les enjeux reliés à la diversification des choix professionnels des femmes et intégrer des activités dans ce sens, dans son plan d’action. À cette question, les membres ont répondu oui. C’est ainsi que la Table a mis temps et énergie lors des rencontres du comité de suivi et du comité de gestion, de l’entente spécifique en matière d’égalité, afin de s’assurer que cet enjeu demeure une priorité régionale. Le résultat de cet investissement a permis à Femmessor-Mauricie de porter un projet de six mois qui allait mettre de l’avant une des réalisations de FPI, Le Circuit.

Le 3e dossier à traiter se situait quant à lui davantage au niveau organisationnel. La Table ayant l’élaboration d’un code d’éthique pour encadrer les actions de l’organisation, à son plan d’action 2014-2015, elle a proposé un énoncé de valeurs qui soutiendrait ce code d’éthique. Composé de quatre valeurs qui sont chères au mouvement des femmes, soient l’égalité, l’équité, la solidarité et la démocratie, l’énoncé de valeurs a été adopté.

L’activité ludique afin de définir l’orientation des projets à venir a, quant à elle, donner lieu à quelques pistes d’action : étude sur les femmes et le pouvoir (leurs malaises quant au pouvoir); projet de logements communautaires, transport collectif et sécurité alimentaire; recherche sur les impacts de la violence sur la santé mentale des femmes; campagne publicitaire auprès des jeunes sur la diversification professionnelle ou sur marchandisation du corps; services d’accompagnement pour femmes immigrantes; etc.

Puis, pour conclure l’assemblée, des élections ont eu lieu afin de remplacer deux membres qui terminaient leur mandat, soit un groupe membre régulier et une membre individuelle. C’est ainsi que le Toit de l’Amitié (Ginette Girard) a été élue pour un mandat de deux ans à titre groupe membre régulier, et Nathalie Moisan a été réélue pour un mandat de deux ans à titre de membre individuelle.

Pour l’événement, 22 personnes représentant 15 groupes membres différents étaient présentes.

 

1re rencontre de concert’action :

Bilan et perspectives des comités Santé des femmes et Femmes et pauvreté

Précédée d’un déjeuner conférence Mauriciennes d’influence, cette rencontre qui a eu lieu le 5 novembre 2014 a permis de concerter 14 groupes membres différents, au Musée québécois de culture populaire, situé à Trois-Rivières. Cette rencontre se voulait un temps pour prendre du recul face à ce grand « flou artistique » que proposait le gouvernement libéral à l’automne 2014 et à faire le bilan des actions (portées par la Table) des deux dernières années, en matière de santé des femmes et de lutte à la pauvreté. La rencontre visait aussi à réfléchir et à échanger sur les stratégies à insérer dans le plan d’action quinquennal, adopté en 2013.

De plus, considérant que la région est grandement engagée dans l’organisation de la Marche mondiale des femmes de 2015, il était important de s’approprier le thème Libérez nos corps, notre Terre et nos territoires, pour ensuite être en mesure de mobiliser des femmes dans l’ensemble des groupes, dans les différents territoires.

À la satisfaction des membres présentes, cette journée aura atteint ces objectifs.

 

2e rencontre de concert’action :

Austérité et Marche mondiale des femmes

Cette rencontre, qui a eu lieu le 11 février dernier, à l’Auberge Escapade de Shawinigan, a permis de concerter 12 groupes membres différents et visait à mieux comprendre les restructurations de certaines instances régionales, qui étaient en cours, et qui auraient des impacts sur les femmes de la région. Elle visait aussi à ce que l’indignation personnelle, puis collective, ne laissent pas les femmes dans l’impuissance, mais qu’elles leurs permettent d’être mobilisées, collectivement, afin de préserver les acquis des mauriciennes!

Pour y arriver, la Table avait invité deux personnes ressource en matinée, soient Mmes Lynn O’Cain, membre du comité stratégique du Forum de la société civile (FSC) et du mouvement Touche pas à ma région Mauricie, et Odile Boisclair, de l’R des centres de femmes du Québec. De plus, une 3e personne ressource, membre de la Table, Mme France Lavigne, du Centre de femmes de Shawinigan, était aussi invitée à prendre la parole en après-midi.

À la satisfaction des membres présentes, cette journée aura atteint ces objectifs.

Déjeuner-causerie, 14 mai à Trois-Rivières

Enjeux actuels pour les groupes financés par le Ministère de la santé et des services sociaux

Le 14 mai 2014, la Table avait convié ses membres à une rencontre informelle où elle voulait leur offrir un temps et un lieu d’échanges sur :

  • les réalités et besoins spécifiques des femmes, en matière de santé et services sociaux;
  • le rôle du réseau public de la santé en regard aux conditions de vie et de santé des femmes;
  • la promotion d’une analyse différenciée selon les sexes (ADS);
  • le financement des services aux femmes;
  • les enjeux féministes de société, voire même de l’intervention féministe et e l’histoire des femmes.

À cette rencontre, une dizaine de membres étaient présentes. Les discussions leur ont permis de faire le point sur leurs perceptions mutuelles du contexte actuel et d’en venir à conclure qu’il était important de se doter d’une stratégie commune de communication afin « d’envahir » le réseau public de la santé et de faire entendre leurs préoccupations pour la santé des femmes. Un comité de travail pourrait être mis sur pied à la suite de l’AGA de juin, si les membres appuyaient cette idée. Toutefois, bien que les membres aient été très mobilisées lors de cette rencontre et qu’une action commune avait été définie, le contexte politique « d’austérité » et de restructuration régionale n’a pas permis à la Table de mettre de l’avant la proposition émis.

 

Présentation de formations, à Trois-Rivières

1)    On a les moyens de faire autrement, 10 milliards $ de solutions

2)    L’intégration du genre dans la lutte et l’adaptation aux changements climatiques

Les 15 et 16 octobre 2014, la Table présentait des formations à ses membres, suite à leur demande.

La 1èreOn a les moyens de faire autrement, 10 milliards $ de solutions, présentée par la Coalition contre la tarification et la privatisation des services publics, visait à mettre de l’avant des solutions fiscales à l’austérité budgétaire. À cette formation 12 membres étaient présentes.

Puis, la 2e formation, L’intégration du genre dans la lutte et l’adaptation aux changements climatiques,présentée par le Service aux collectivités de l'UQAM, le Réseau québécois des groupes écologistes, le Réseau des femmes en environnement et Relais-femmes, visait à mieux faire connaître l’impact des changements climatiques sur les femmes et les hommes, qui ne vivent pas les changements climatiques de la même façon. Cette formation allait de plus permettre de comprendre que, pour élaborer des stratégies de lutte et d’adaptation aux changements climatiques efficaces et équitables, il est important de mieux connaître ce sujet.

Conseil d’administration et comités de travail

La gestion interne est à la base de toute organisation. Assurer une saine gestion des ressources demande rigueur et constance de la part des travailleuses et du conseil d’administration. Pour ce faire, la Table applique un mode de gestion féministe où la directrice et les administratrices assument une cogestion de l’organisation.

Le conseil d’administration, composé de cinq membres, se rencontre périodiquement, soit environ toutes les six semaines. La directrice planifie et organise la tenue de ces rencontres. Elle y participe et assure le suivi des dossiers, avec la collaboration de l’équipe de travail. Au total, sept rencontres ordinaires du conseil d’administration, une rencontre extraordinaire ainsi qu’une assemblée générale annuelle ont eu lieu.

En plus du conseil d’administration, sept comités de travail ont été actifs au cours de l’année 2014-2015 : le comité ponctuel Code d’éthique et règlements généraux, les différents comités de travail de la Marche mondiale des femmes 2015 soient les comités Financement, Communications et mobilisation, Logistique et sécurité et Arrimage, le comité Femmes et pauvreté, ainsi que le comité Santé des femmes.


Site Web, médias sociaux et bulletin 
Le Courri’Elles
Publication des activités des membres et de leur mission

En 2014-2015, le bulletin électronique Le Courri’Elles a été envoyé à 18 reprises aux membres de la Table. Un bulletin d’information haut en couleurs qui permet aux membres d’avoir accès, sur une base régulière, à toute l’actualité féministe.

Une gestion saine et responsable

Considérant les années d’expériences que les agentes de projet cumulent au sein de la Table, il a été établi en conseil d’administration que leur évaluation se ferait aux deux ans, ou au besoin. Il avait aussi été décidé que l’évaluation de la directrice se ferait au besoin, sur demande. L’évaluation des agentes de projet a donc été faite à l’automne 2014, à la satisfaction de toutes. Aucune évaluation de la directrice n’a été demandée.

De plus, les travailleuses sont encouragées à participer à des formations diverses de manière à perfectionner leurs champs de compétences. À ce titre, les travailleuses ont participé à :

  • DEP en secrétariat, via la Formation à distance de la Commission scolaire de la Riveraine;
  • Formation Secourisme en milieu de travail;
  • Formation Soyez prêt pour la loi C-28, Association des professionnels en développement économique du Québec;
  • Formation La culture et les réalités autochtones, École de technologie supérieure, Montréal;
  • Formation Animation des réseaux sociaux, Centre de formation professionnelle Maurice-Barbeau, Québec;
  • Formation Démystifions l’approche communautaire et ses enjeux, Centre de formation communautaire de la Mauricie.

De plus, en 2014-2015, le travail s’est poursuivi afin de rédiger un code d’éthique, et ce, suite à l’adoption d’un énoncé de valeurs à l’AGA de juin 2014. Un comité ponctuel, formé de deux membres, en plus des travailleuses, a été formé. Deux rencontres ont eu lieu et ont permis de mettre sur papier un code d’éthique à faire adopter lors de l’assemblée générale annuelle des membres à venir. Ce même comité a de plus amorcé le travail d’une mise à jour des règlements généraux de la TCMFM et s’est rencontré à deux reprises à ce sujet.

Enfin, en ce qui a trait à la réflexion/évaluation quant au financement de la Table (financement à la mission et financement par projets), l’année 2014-2015 n’a pas permis celle-ci, considérant le contexte politique où le gouvernement du Québec est à réviser et à évaluer tous les programmes et à restructurer les différentes instances régionales. La Table, ainsi que l’ensemble de ses partenaires, qui contribuaient au financement par projets, se trouvaient donc dans un contexte où il était impossible de se projeter dans un avenir prochain, la survie même des organisations étant questionnée.